Un geste de partage qui fait la différence

ARTICLE DE PRESSE – Un rallye pour démystifier le jumelage avec les filleuls

ARTICLE DE PRESSE – Un rallye pour démystifier le jumelage avec les filleuls

Sortir de l’isolement les personnes vivant avec une déficience intellectuelle, voilà
ce à quoi s’applique le Parrainage civique du Haut-Richelieu depuis 35 ans. Le
samedi 1er juin, l’organisme leur fera vivre le Rallye du partage, une expérience
unique où 48 citoyens et 13 personnalités connues leur feront découvrir en
voiture les charmes de la région.
ACTUALITÉ
Vingt-quatre voitures franchiront la ligne de départ au Centre des aînés johan-nais. Les
équipages de trois ou quatre personnes feront escale dans huit attraits touristiques au
courant de la journée. La journée se terminera avec un Verre de l’amitié au Centre des
aînés.
Chaque voiture sera occupée par un pilote et un copilote, un filleul duParrainage
civique et l’un des invités spéciaux. Martin Perizzolo, Jocelyn Blanchard, Isabelle
Lacasse, Viviane Audet, Claude Raymond, Shelby Jean-Baptiste, Jessie Nadeau, Éric
Latour, Carissa Vales, Marco Calliari, Marylou Belugou, Samuel Fournier et Raffy ont
tous accepté l’invitation.
Pour la directrice générale de l’organisme, Sara Ducas, le Rallye du partage constitue
une façon originale de faire découvrir les possibilités d’un jumelage auprès des
citoyens. Plus de 200 filleuls participent aux activités de l’organisme, mais 92 d’entre
eux sont toujours en attente de trouver la perle rare qui les aidera à élargir leurs
horizons.
TROIS HEURES PAR MOIS
« Être parrain ou marraine ne demande que trois heures de son temps par mois,
explique-t-elle. Il n’y a aucun engagement supplémentaire. Notre seule exigence est
que le filleul soit épaulé. Certains n’osent pas sortir à cause de mauvaises expériences
passées. La vie n’est pas évidente pour eux. Ça ne coûte rien d’être gentil ! »
Le Parrainage civique veille à réaliser les meilleurs jumelages possibles selon les goûts
et les intérêts de chacun. Des suivis réguliers sont ensuite offerts aux parrains et
marraines afin de prévenir les interruptions de jumelages ou les malentendus de part et
d’autre.
Chaque jumelage évolue différemment. Depuis quelques années, le Parrainage civique
a ouvert ses portes aux filleuls avec un trouble du spectre de l’autisme, un problème de
santé mentale ou une déficience physique, toujours dans le seul et unique but de les
sortir de l’isolement et de l’exclusion sociale.
Une semaine sur deux, l’organisme publie le portrait d’un filleul en attente de jumelage
dans l’hebdomadaire Le Richelieu. Pour en savoir plus sur le jumelage, on peut
communiquer en tout temps avec l’agent de jumelage Mario Readman au 450 347-
8091.

 

Source :
Le Canada Français, Valérie Legault, 30 mai 2019